Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Le peuple a plus soif d’eau que d’élections!!!!!(Par Ciré Aw)

Posté par: Ciré Aw| Mardi 06 décembre, 2016 20:12  | Consulté 314 fois  |  0 Réactions  |   

Alors que le peuple est diverti par des débats de politiciens  sur la durée du mandat présidentiel, des questions plus importantes   comme l’approvisionnement en eau des populations sont loin d’être réglées. Pourtant il  n’est plus à démontrer que l’eau est non seulement un liquide précieux essentiel à la vie de l’homme, mais elle constitue à  l’échelle d’un État un enjeu de  souveraineté nationale.

Une politique de gestion de l’eau est d’autant plus cruciale pour un pays surtout  si on comprend que   la maîtrise de l’eau  est au centre de tout développement durable et surtout de toute paix sociale.  En effet, selon les spécialistes l’inégal accès à l’eau sera la cause des conflits futurs. L’inquiétude  des analystes de la problématique de la gestion de l’eau  est d’autant plus justifiée que 70% des ressources en eau douce de la planète (2%  de l’eau contenue sur la planète) s’amenuisent  et que surtout, la demande flambe. D’ici à 2030, les ressources d’eau douce disponibles seront de 40% inferieures à la demande mondiale . Toutes ces considérations nous amènent à dire que mettre en place une stratégie adéquate de gestion de l’eau est plus qu’une  nécessité pour tous les pays et particuliérement pour ceux du Sahel durement éprouvés par les pénuries d’eau.

Au Sénégal la maîtrise de l’eau est loin d’être une évidence. Pour preuve, les pénuries en eau sont récurrentes et obligent les populations à vivre un véritable calvaire pour étancher leur soif. Dans les zones rurales, les populations et particulièrement les femmes empruntent un véritable parcours du combattant pour se procurer de l’eau dont la qualité  douteuse  est souvent à l’origine  de problèmes de santé. Ainsi, il est fréquent d’assister à ces spectacles désolants et  pénibles de ses femmes et enfants   basines d’eau sur la tête à longueur de journée ,  de ses  hommes  du Ferlo    et d’autres localités   éreintés par  la quête de points d’eau pour étancher leur soif. On observe que toute une frange  de citoyens issus essentiellement de zones rurales sont en marge des politiques gouvernementales tant leurs droits primaires d’accès à l’eau potable sont ignorés  par des  autorités étatiques  plus intéressées à  se maintenir au pouvoir qu’à trouver une solution durable à leurs besoins vitaux.

Les zones urbaines et particulièrement  la capitale Dakar ne sont pas non plus épargnées par le manque d’eau ; car paradoxalement  au moment où  les autorités étatiques théorisent  d’émergence, des citadins assoiffés attendent avec impatience d’être desservis en eau. En réalité  ,aucun développement n’est envisageable en dehors d’une gestion adéquate et efficience de l’eau. Or, on a  comme l’impression que les priorités des pouvoirs publics sont ailleurs au point que la SDE (Sénégalaise des Eaux) , délestée de la souveraineté de l’État  ,n’est même pas en mesure de réparer un tuyau endommagé au niveau de la station de Keur Momar Sarr  forçant ainsi  des citoyens à vivre un véritable calvaire de recherche du précieux liquide  des semaines durant.

Dans certains quartiers de la banlieue dakaroise  comme Keur Massar des populations ont perdu le  sommeil pour la simple raison que l’eau n’est approvisionnée que la nuit. La vulnérabilité  de Dakar  aux coupures d’eau est d’autant plus préoccupante que  la nappe phréatique de Thiaroye est contaminée par la décharge d’ordure de Mbeubess et  que le lac de Guier principale source d’eau pour la capitale est étouffé par les typhas suite à sa  contamination en nitrate par la CSS(Compagnie Sucrière Sénégalaise) . Les populations de Toubab Dialaw  sont aussi durement frappées par la rareté du liquide précieux, car il  arrive souvent qu’elles restent plusieurs jours voire plusieurs semaines  sans trouver de l’eau .

Il est inadmissible pour un pays comme le Sénégal lequel  est pourtant  à proximité de l’océan et  traversé par des cours d’eau à l’image du fleuve Sénégal, du  fleuve Gambie  que l’eau soit une denrée rare. En réalité, la construction des barrages de Diama, de Manantali  n’est pas la seule alternative à la gestion de l’eau; il est envisageable et même techniquement possible de déstaliniser l’eau de la mer pour régler définitivement  les pénuries récurrentes en eau.  Il faut donc qu’on fasse de la maîtrise de l’eau une urgence nationale  et que les hommes politiques nous épargnent de nous imposer leurs agendas politiques  antinomiques des aspirations du peuple.

Il faut impérativement qu’on évite les débats politiciens futiles qui sont souvent  complètement en déphasage avec les aspirations du peuple et qu’on nous épargne des élections ou  référendum onéreux  pour  tenter de légitimer  un énième tripatouillage de la constitution et l’argent économisé soit dépensé  pour des causes justes.  Les citoyens attendent de leurs élus, la résolution de leurs problèmes primaires et non pas qu’elles soient transformées en bête de somme électorale, car on ne leur fait la cour que quand  des élections sont en vue et on oublie que le pouvoir politique n’est pas une fin en soi, il est un moyen pour traduire en acte les préoccupations de ses mandataires à savoir  la nourriture, la santé, l’éducation .En somme , le peuple a plus besoin de pain que de scrutins

 L'auteur  Ciré Aw
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Ciré Aw
Blog crée le 12/04/2014 Visité 41446 fois 16 Articles 748 Commentaires 3 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires