Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

La République et la laïcité sénégalaises à l’épreuve des ‘’marabouts-politiciens’’ (Par Ciré Aw)

Posté par: Ciré Aw| Samedi 14 mai, 2016 04:05  | Consulté 1564 fois  |  2 Réactions  |   

Au Sénégal la frontière qui sépare  le spirituel et le temporel ou  la politique et la religion n’est pas nette pour ne pas dire qu’elle est quasi inexistante. Cette situation n’aurait sans doute pas posé problème si dans l’article premier de la  Constitution sénégalaise il  n’avait pas été stipulé   que: ‘’la République du Sénégal est  laïque,démocratique et sociale .’’

La laïcité conformément à son étymologie grecque  ‘’Laïkos’’ signifie ‘’ce qui appartient au peuple.’’.D’un point de vue politique, la laïcité c’est un principe selon lequel l’État n’exerce  aucun pouvoir religieux  et que les religieux aucun pouvoir politique. À la lumière de ces éclairages conceptuels sur la notion de la laïcité force est de constater qu’au Sénégal la laïcité n’existe que de manière formelle , mais dans les faits on note une profonde collusion d’intérêts entre les autorités politiques et les autorités religieuses à tel point qu’ on a comme l’impression qu’il existe une sorte de ‘’contrat politico-religieux ‘’ du moins implicite ou tacite entre ses deux acteurs influents de la société sénégalaise. Cela se traduit par une sorte d’alliance pragmatique et quelque fois opportuniste où  les autorités politiques financent les activités des autorités spirituelles et celles-ci à leur tour  fournissent un ‘’grenier électoral’’ constitué de leurs disciples.

 Ainsi du régime du Président Senghor à celui du Président Abdoulaye Wade en passant par  celui du Président Abdou Diouf, les  pouvoirs politiques ont toujours essayé de courtiser les grandes confréries religieuses dans le but de consolider  leur légitimité ou de  se maintenir au  pouvoir. Lors de la crise politique de 1962, le Président Senghor avait réussi à remporter son duel politique contre le Présent du Conseil Mamadou Dia en se pliant aux exigences des autorités religieuses à force de compromission  alors que son rival  voulait  se démarquer de la sphère religieuse pour  tenter d’instaurer une rigueur administrative et  une orthodoxie républicaine.

Lors des élections présidentielles de 1988 le Président Abdou  Diouf avait bénéficié du ‘’ndiguel’’ ou consigne de vote  du Khalife  général des mourides d’alors pour engranger une grande partie de l’électorat mouride afin de   rester au pouvoir.

 C’est en 2000 avec l’arrivée du Président Abdoulaye Wade au pouvoir  que la confusion entre la sphère du politique et du religieux fut quasi-totale au point qu’apparut le phénomène des ‘’marabouts-politiques’’. Le Président Wade à la différence de ses prédécesseurs ne se gênait pas de clamer haut et fort son appartenance confrérique et de poser des actes allant dans le sens de pervertir la République (la chose publique)tel que s’accroupir devant son marabout ou lui donner son allégeance publique  au point  de  délester l’État sénégalais   de son caractère laïc et démocratique du moins symboliquement .Ce qu’on reprochait au Président Wade , c’est le fait  d’entretenir sciemment l’amalgame entre l’homme privé et|ou ‘’le  disciple Wade’’  et le Président de tous les sénégalais représentant  la  première  institution républicaine du pays .Les agissements politiciens du Président Wade pour courtiser l’électorat mouride était si dommageables pour l’équilibre nationale  qu’ils avaient   fini  par  frustrer une bonne partie du corps national . Le Pr Ousseynou Kane dénonçant les dérives antirépublicaines du parti-pris wadien ,  avait écrit dans son article intitulé ‘’La République couchée’’ publié dans le  journal’’ Wafadjiri’’  du 8 mai 2001 

: ‘’  Laissons donc les hommes de Dieu en paix dans la cité de Dieu, et utilisons toute notre intelligence  et nos forces pour construire ensemble cette cité des hommes pour laquelle nous sommes nés’’.  

Cette relation entre le politique et le religieux n’aurait pas été problématique si les rôles de chacune des entités étaient clairement identifiés et si elles ne portaient pas préjudice à la vitalité démocratique, sociale, économique et la stabilité nationale. En réalité, certains hommes religieux conscients du bénéfice que leur confère leur poids électoral et de la dévotion sans faille de leurs disciples ne se contentent plus d’être de simples pourvoyeurs de voix, mais ils ont désormais  franchi le Rubicon  pour créer des mouvements de soutien  ou des partis politiques se muant ainsi en ‘’marabouts-politiques’’ dans le but, le plus souvent , de  s’attirer les faveurs du pouvoir en place ou de constituer un moyen de pression pour obtenir des privilèges et pour conserver leurs prébendes.

Le danger , c’est qu’on ne sait plus si ces ‘’marabouts-politiques’’ parlent au nom de la république comme des citoyens  ou s’ils s’activent en tant que chefs religieux investis d’une mission divine celle de mener les hommes vers le salut. Pour cause lorsque le candidat  Macky Sall lors de la campagne électorale  pour les présidentielles de 2011 avait  qualifié les marabouts de ‘’citoyens ordinaires’’ on  avait assisté à une véritable levée de bouclier de ses adversaires politiques et surtout de certaines autorités religieuses. Par la suite le Candidat Macky Sall devenu Président de la République ne semble plus considérer les chefs religieux comme de simples citoyens ; au contraire il semble de plus en plus suivre les pas de Wade en nouant des alliances de circonstances avec eux.

Pourtant ces chefs religieux en descendant dans l’arène politique s’attendent à bénéficier d’un traitement de faveurs et être caressés dans le sens du poils ,alors qu’ils devraient se dépouiller de leurs manteaux de religieux pour ne pas fausser le jeu politique fait de contradictions ,de débats d’idées ,de forces des arguments, de pertinence des offres programmatiques   . Ce qui est d’autant plus inquiétant, c’est que riches de leur aura religieuse et  marqués par leur habitude d’être obéis  par des disciples zélés  , ces hommes religieux politiciens n’acceptent guère la critique et font montre d’un autoritarisme inapproprié sur le terrain démocratique  voire d’une arrogance condescendante dans les débats politiques au point d’insulter ou d’humilier leurs adversaires politiques .Or, dans une démocratie aucun citoyen n’a le droit d’empêcher son prochain de dire ce qu’il pense  au risque d’attenter à la liberté d’expression. C’est d’ailleurs dans ce sens que Julien Freund faisait remarquer  dans L’essence du Politique que:

’’la limite de l’obéissance est la liberté de conscience’’.

Il est important dans une société qui se veut  démocratique et laïque  que le pouvoir politique évite  d’instrumentaliser la religion  pour des fins électoralistes, de prendre parti pour tel ou tel groupe religieux ou autre  afin  de  rester à équidistance des différentes sensibilités religieuses pour jouer pleinement  son rôle d’arbitre. Il doit par conséquent  se charger de veiller aux modalités d’expression de la pratique religieuse dans le souci de préserver l’ordre et la quiétude au sein de la République et surtout pour pallier à toutes formes de conflits ,de fanatisme ou d’extrémisme.

Il faut surtout noter que la laïcité n’est ni la négation de l’expression religieuse ni le mépris de la religion, elle doit être comprise comme  un principe républicain permettant à toutes les tendances religieuses de cohabiter en toute harmonie dans un espace commun délimité par la loi et le droit. En vérité, les religieux font partie de la République, ils sont des citoyens à part entière jouissant de droits et de devoirs , même s’ils ont un statut spécifique que leur procure leurs dimensions spirituelles, ils doivent faire preuve de discernement et ne  pas bafouer les lois de la république lesquelles contribuent à garantir leurs libertés religieuses , les libertés des autres membres du corps social et la paix civile.Mamadou  Abdoulaye N’diaye  et Alpha Amadou Sy ne s’étaient pas trompés lorsqu’ils soutenaient dans leur ouvrage intitulé Les conquêtes de la citoyenneté que :

’’ La laïcité ne témoigne pas d’une vacuité du religieux dans le discours ,elle est surtout  le refus de soumettre la pensée à toute forme d’autorité.’’.

 

 L'auteur  Ciré Aw
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (2)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Anonyme En Mai, 2016 (21:59 PM) 0 FansN°:1
Mr j'ai trouvé votre article très intéressant et instructif. en effet il pointe du doigt un phénomène qui prend de plus en plus de l'ampleur et auquel beaucoup ne prêtent pas l'attention qu'ils méritent. Je crois qu'il est nécessaire d'avoir un débat afin de clarifier non seulement pour acteurs politiques afin qu'ils puissent se positionner mais aussi et surtout pour nous citoyens.
merci bien.0
Anonyme En Mai, 2016 (22:13 PM) 0 FansN°:2
Mr je trouve votre article intéressant et même instructif. En effet je crois qu'il pointe du doigt un phénomène qui prend de plus en plus de l'ampleur mais auquel les acteurs politiques et les intellectuels de ce pays accordent peu d’intérêt. je crois aussi qu'il accorde une réponse et ouvre un débat nécessaire à la fois pour guider les acteurs politiques dans leurs décisions mais aussi et surtout pour éclairer nos concitoyens. Merci bien

Ajouter un commentaire

 
 
Ciré Aw
Blog crée le 12/04/2014 Visité 41441 fois 16 Articles 748 Commentaires 3 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires